Accueil

lundi 19 décembre 2016

La Cour d'Appel de justice d'Aix-en-Provence a relaxé laroussi OUESLATI ancien Président de l'université de Toulon des accusations de corruption le mercredi 14 décembre 2016

Après sept ans d'épreuves et d'injustice, La Cour d'Appel de justice d'Aix-en-Provence a acquitté Laroussi OUESLATI des délits de corruption passive. Le palais de justice a balayé les accusations de corruption concernant l'affaire des étudiants chinois. Les accusations de trafic de diplômes, de trafic de visas et de trafic d'inscriptions concernant l'affaire des étudiants chinois ont été écartés par les magistrats de la Cour d'Appel de justice.

Lire la suite...

lundi 23 mars 2015

Contact

Si vous souhaitez me contacter, voici mon adresse email laroussi.oueslati@gmail.com

mercredi 14 décembre 2011

Laroussi OUESLATI conteste sa révocation

Article Var matin du Jeudi 17 Novembre 2011 :

Quatre-vingts témoins à entendre et un dossier volumineux : c'est à partir d'aujourd'hui (Jeudi 17 Novembre 2011), à la Sorbonne, que l'appel de Laroussi Oueslati, ex-président de l'université de Toulon, est entendu devant la section disciplinaire.

Révoqué le 21 mai 2010 de la fonction publique avec interdiction définitive d'exercer, l'ancien universitaire a contesté la décision. Cette sanction administrative fait suite à une affaire supposée d'attribution de faux diplômes. Il a été directement mis en cause par un rapport de l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la Recherche en septembre 2009. Il lui est aussi reproché d'avoir créé une commission de sélection des candidats étrangers en concurrence directe avec les commissions pédagogiques de chacune des facultés de l'université.

« Pas de faux diplômes »

Lire la suite...

jeudi 16 septembre 2010

POUR UNE VRAIE JUSTICE

Une grande première en France : bref historique

À la suite d'une plainte isolée concernant un trafic présumé de diplômes à l'Institut d'Administration des Entreprises (IAE) de l'Université du Sud Toulon-Var (USTV), le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche diligente une enquête au printemps de 2009. Déviée à plusieurs reprises de son objectif premier et menée tambour battant de manière déloyale, l'investigation donne lieu à un rapport biaisé, exclusivement à charge, qui conduit la Ministre à suspendre pour six mois le président de l'université et deux vice-présidents. Motifs : "graves dysfonctionnements et entraves à l'enquête". Elle impose un Administrateur Provisoire. Et les "trafics de diplômes" ? Perdus de vue. Il n'y en a pas eu, c'est du moins ce que ne cesse de répéter l'Administrateur Provisoire. Nous en prenons acte. Mais alors ? Voir détails dans les Annexes et, pour une analyse documentée de "l'affaire", un ouvrage paru en mars 2010 sous le titre La rumeur de Toulon aux éditions des Dauphins (Association Edith Wharton, B.P. 6019, 83064 Toulon Cedex) http://www.rumeur-toulon.fr

Lire la suite...

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 16 SEPTEMBRE 2010 LAROUSSI OUESLATI FAIT APPEL DE SA REVOCATION AUPRES DU CNESER

Suite à la décision de révocation profondément injuste et totalement disproportionnée de l’ex-président de l’Université du Sud, Laroussi Oueslati a fait appel de la décision de la section disciplinaire de Paris IV, auprès du Conseil National de l’Enseignement et de la Recherche (CNESER), le 7 juillet 2010.

Lire la suite...

mercredi 14 juillet 2010

UNE DECISION PROFONDEMENT INJUSTE :

La décision de révocation prise par la section de discipline est totalement disproportionnée par rapport à la réalité des faits. J’ai décidé de faire appel de cette décision injuste auprès du CNESER.

La décision de la section disciplinaire de l’université PARIS-SORBONNE (Paris IV) vient de rendre son jugement. Ce jugement est scandaleux et relève d’une stratégie évidente de manipulation de la section disciplinaire de la part du Ministère. Le jugement a été rendu étrangement 3 jours après l’audience… Au cours de cette fameuse audience, mes avocats ont été dans l’obligation de rappeler que cette commission se devait d’être indépendante et objective. Je rappelle que le jugement a été rendu à l’unanimité par seulement 4 enseignants-chercheurs sans doute peu préoccupés par le sens du mot : justice. L’ACHARNEMENT DE LA MINISTRE POUR UN PROCES EN INQUISITION

Lire la suite...

  Articles précédents :

  Thèmes abordés dans le blog de la présidence :